Lorsqu’une personne entre dans le cadre des soins palliatifs, celui-ci n’a plus que quelques mois, semaines voir quelques jours à vivre. Malheureusement, ce jour arrive souvent beaucoup plus vite que la personne l’avait prévue et celle-ci le voit arriver. Lorsqu’on annonce la fin toute proche à une personne, un travail de deuil commence accompagné par l’entourage et les équipes de soins palliatifs.

Elisabeth Kübler-Ross, en 1969, définit que chaque personne passe par différentes phases de deuil. Celles-ci ne s’éprouvent pas forcément dans le même ordre et la durée de chacune peut varie selon chaque individu.

  • Phase de Déni : la personne refuse ce qui lui arrive et rejette la maladie « Ce n’est pas possible, ils ont dû se tromper ! »
  • Phase de Colère : la personne exprime sa révolte face à cette maladie, cette fatalité qui lui est imposée. « Pourquoi moi ? » Elle recherche le responsable de son malheur.
  • Phase de Marchandage : Elle a accepté la situation mais tente de gagner du temps avec l’équipe médicale ou se tournera vers la religion. « Laissez-moi vivre pour voir mes enfants diplômés… je ferais ce que vous voudrez, faites-moi vivre quelques années de plus … »
  • Phase de Dépression : La personne se replie sur elle et n’a plus envie de lutter. Elle va s’inquiéter pour son entourage « Que vont devenir mes enfants, mon mari ou ma femme ? »
  • Phase d’Acceptation : C’est la période de paix où la personne à accepter la fatalité. Elle va se permettre de faire des projets avant de partir et de regarder vers l’avenir.

Notre A.S.B.L. s’inscrit dans cette dernière phase où la personne fait le point sur sa vie passée et présente.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.